L’Avènement de la République

janvier 5, 2017

Le courage des Femen

Filed under: Actualité Républicaine,Uncategorized — Michel Ahnee @ 6:12

Un article de l’express (france) Les Femen gagnent leur procès contre une association de catholiques traditionnalistes. Elles avaient fait irruption dans une manifestation contre le mariage pour tous.manifestation-des-femen-le-8-mars-2015-a-paris-pour-la-journee-de-la-femme_5502331

Publicités

novembre 24, 2016

Le Code Pénal Mauricien, le Blasphème et l’Outrage à la morale religieuse d’une « religion légalement établie »

Filed under: Uncategorized — Michel Ahnee @ 3:58

code-penal

  • La section 288 du Code Pénal Mauricien

Cette section interdit à la presse de rapporter des propos tenus dans un procès public lorsque ces propos sont « blasphématoires »:-

  1. Interpretation of ‘defamation’
(4) No offence is committed under this section where the writing or words –
(…)
(d) are an impartial and accurate report of the proceedings of any Court or of the result of any such proceedings, unless the Court has itself prohibited the publication, or the subject-matter of the trial is unfit for publication, or the subject-matter of the proceedings is blasphemous or obscene;
  • La section 206 du Code Pénal:- Outrage à la morale publique et religieuse 

Est puni d’une peine de prison d’une année l’auteur de tout affichage ou publication  qui:

– constitue un outrage à l’encontre d’une « religion légalement établie »;

– porte atteinte à la « morale publique ou religieuse ».

  1. Outrage against public and religious morality
(1) (a)            Any person who –
(i) by words, exclamations or threats used in a public place or meeting;
(ii) by any writing, newspaper, pamphlet or other printed matter, or by any drawing, engraving, picture, emblem or image, sold or distributed or put up for sale or exhibited in any public place or meeting; or
(iii) by any placard or handbill exhibited for public inspection, commits any outrage against any religion legally established, or against good morals or against public and religious morality (‘la morale publique et religieuse’), shall on conviction be liable to imprisonment for a term not exceeding one year and to a fine not exceeding 10,000 rupees.

novembre 19, 2016

En 2012 dans sa rubrique du Week End Shenaz Patel cite un extrait de la « République Oeucuménique des Tribus »

Filed under: Uncategorized — Michel Ahnee @ 6:50

enn-tigit-pli-tipti-ki-bondie-le-mauricien

jpeg-surligne

novembre 16, 2016

Interview de Michel Ahnee par Christian Boisbouvier de RFI en mai 2010 à la veille des élections générales

Filed under: Régime communautaire,Uncategorized — Michel Ahnee @ 3:32

Le 3 mai 2010 à la veille quasiment des élections générales du 5 mai 2016 la campagne électorale du parti travailliste devient ouvertement communautariste: Paul Bérenger ne peut pas être Premier Ministre car il n’est pas Hindou

rfi_michel-ahnee-a-lile-maurice-notre-systeme-remet-en-cause-le-principe-degalite-entre-les-citoyens-afrique

 

août 23, 2009

Réponse à la question posée par le magazine PEOPLE sur Facebook: « Sommes nous Homophobes? Les Mauriciens le sont-ils? Pourquoi? comment faire pour que tous les humains soient respectés? »

Filed under: Uncategorized — Michel Ahnee @ 9:34

UNE LOI PENALE QUI EN DIT LONG SUR SES FONDEMENTS MORAUX HOMOPHOBES

L’article 250 du Code Pénal mauricien se lit comme suit:-

“250. Sodomy and bestiality

(1) Any person who is guilty of the crime of sodomy or bestiality shall be liable to penal servitude for a term not exceeding 5 years. »

La loi, en plaçant la bestialité et la sodomie sur le même plan, révèle ses fondements moraux profondément homophobes. Fondements moraux chrétiens de la société coloniale mais la tendance hostile se retrouve tout autant dans le Coran.

En son état actuel, le Code Pénal fait de la sodomie  une infraction passible de 5 ans d’emprisonnement alors même qu’elle serait pratiquée par deux adultes consentants.

Le « Sexual Offences Bill » de 2007 proposait de décriminaliser la sodomie. En raison de la levée de boucliers animée par des groupements religieux une « Commission » fut mise en place pour examiner la question. Il semblerait que ladite Commission ait en fait été chargée d’enterrer la question…

UNE LOI ANTICONSTITUTIONNELLE

Pourtant, il est évident que cette disposition du Code Pénal est anticonstitutionnelle. Voici ce que l’auteur de ces lignes écrivait en Juin 2007 dans l’Express

« Dans l’ultra-chrétienne Amérique de M. Bush, la Cour suprême a, dans l’affaire Lawrence v. Texas, cassé une loi texane prohibant la sodomie homosexuelle rendant ainsi anticonstitutionnel ce type de lois dans le pays tout entier. Si les Etats-Unis ont attendu l’année 2003 pour faire cela, dès 1981, dans l’affaire Dudgeon v. United Kingdom, la Cour européenne avait cassé la loi anti-homosexuelle de la très catholique Irlande du Nord. Dans la célèbre affaire américaine, citée plus haut, le Juge Kennedy écrivait ceci :- “The Texas statute furthers no legitimate state interest which can justify its intrusion into the personal and private life of the individual’, et observait “The fact that the governing majority in a state has traditionally viewed a particular practice as immoral is not a sufficient reason for upholding a law prohibiting the practice; neither history nor tradition could save a law prohibiting miscegenation (interracial marriage) from constitutional attack.”

Des citoyens homosexuels pourraient donc, à n’importe quel moment, attaquer la constitutionnalité de l’article 250 du Code Pénal.

UN TISSU DE CONTRADICTIONS

Par ailleurs, le maintien de ces dispositions pénales est totalement incohérent compte tenu des récents développements en matière du Droit du travail. En effet, suivant l’article 4(5) de l’Employment Rights Act, constitue un acte discriminatoire illicite, le fait pour l’employeur de traiter de manière différenciée des employés en raison de leur « sexual orientation ». Or, comment empêcher un employeur de menacer de licenciement des homosexuels masculins ayant fait leur « coming out », puisque ces derniers violent ouvertement la section 250 du Code Pénal plusieurs fois par mois… Peut-on empêcher un employeur de débarrasser son entreprise de « self-confessed criminals » ? Bien sûr que non. Le législateur ne peut vouloir à la fois punir la sodomie de 5 ans de prison ET mettre un terme aux pratiques discriminatoires contre les homosexuels.

Naturellement les groupes religieux qui se sont opposés à la décriminalisation de la sodomie ont subrepticement laissé passer les dispositions de L’Employment Rights Act …protégeant les sodomites…On reconnaît ici la même hypocrisie qu’en matière d’avortement. L’acte criminalisé est largement pratiqué, tout le monde le sait, la police ne fait rien pour pourchasser et punir les contrevenants, la loi criminelle devient une vaste bouffonnerie. Mais ce qui compte pour les tenants de la morale religieuse c’est que l’apparence institutionnelle soit sauve, c’est de voir la loi terrible de Yahve et Allah reflétée dans le Code Pénal. Sodome et Gomorrhe, ça leur file des frissons, que voulez-vous…

DES FONDEMENTS MORAUX HOMOPHOBES… MAIS QUELQUE PEU DOUTEUX!

Ce texte du Code Pénal avec des fondements moraux homophobes est bien évidemment enraciné dans la morale chrétienne coloniale. Une morale qui n’a pas froid aux yeux…Vous voulez voir comment le Dieu de la Bible condamne l’homosexualité en massacrant toute une ville MAIS ferme les yeux sur un père qui offre ses filles vierges à une foule de pédés hystériques… ET donne sa bénédiction à  l’inceste, avec des filles qui couchent impunément avec leur père après l’avoir fait boire, eh bien lisez la Sainte Bible, lisez l’histoire de Lot dans Le Livre de la Genèse 19 (http://www.fouyebible.com/book.php/n7r/francais/19 ). Pour les plus paresseux une petite vidéo qui résume bien la morale biblique homophobe. http://www.youtube.com/watch?v=P0r7syc1BSg&feature=related

Si c’est dans ce genre de morale archaïque que l’article 250 du Code Pénal trouve son fondement, nous pensons que, depuis le siècle des lumières, nous avons développé un sens moral bien plus élevé, celui de l’humanisme, qui fait place à la tolérance de ce qu’est l’autre, au respect da la vie privée, de l’intimité et des pratiques sexuelles de chacun, pourvu qu’elles ne nuisent pas à l’ordre public.

Propulsé par WordPress.com.